Site d’informations en ligne, sur Lannemezan et du plateau de Lannemezan
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
   
  
   
 

Jean-Louis Anglade dans la bataille des cantonales

vendredi 4 mars 2011 par Rédaction

Maire de Cadéac-les-Bains, Jean-Louis Anglade s’est distingué, ces dernières années, dans le débat sur le projet de TCP. Il veut un vrai débat, de l’information pour tous, en un mot de la démocratie. Même chose pour le Wimax et l’extension de Piau-Engaly dans les vallées de Saux et de la Géla.

Depuis son village, il nous expose ce qu’il voudrait qu’il soit s’il est élu.

J.L ANGLADE présentez-vous aux électeurs
J’ai 66 ans et suis retraité de La Poste.
Je suis maire de la commune de Cadéac depuis 1983 et président de la Communauté de Communes des Véziaux d’Aure depuis 1995.
Ma suppléante s’appelle Marcelle VIDAL-PUERTOLAS. Elle est née à _ Gouaux, à 64 ans et est secrétaire médicale retraitée.

Pourquoi êtes-vous candidat aux élections cantonales ?
Je veux changer les choses dans notre canton, notre vallée, notre département : je trouve qu’il y a un grand mépris de la part du Conseil Général envers la population en général et les élus en particulier. Les contacts que je noue depuis plusieurs semaines en expliquant mes projets aux habitants du canton révèlent un fort rejet de cette politique du mépris.
Aujourd’hui le Conseil Général impose ses projets sans concertation avec les élus, sans permettre à la population de s’informer ou de s’exprimer.
Je donnerai seulement quelques exemples :

- le Conseil Général impose et installe des antennes Wimax dont la technologie est dépassée ;
- il impose le projet de transport ferroviaire international de marchandises par la Vallée d’Aure (Traversée Centrale des Pyrénées ou NTP) et refuse de donner des informations claires aux élus ;
- il impose l’extension de la station de Piau dans un lieu emblématique de la vallée d’Aure ;
- il ignore les difficultés de circulation et l’insécurité sur la RD 929…

Une preuve supplémentaire, s’il en était besoin, de la négligence avec laquelle le Conseil Général gère notre département, est que nous ne disposons plus de centre d’enfouissement pour les ordures ménagères. En effet, après 20 ans de réflexion, le Conseil Général a décidé de transporter nos ordures ménagères à Montech (224 km) pour leur traitement.

Résultat : nous payons déjà un lourd tribut alors que l’argent de nos impôts est gaspillé dans des projets menés sans réflexion à long terme.

Quelles actions pour votre canton ?
Les gens, tout comme moi, s’inquiètent de l’immobilisme de notre canton.
Il suffit de regarder les vallées voisines de la vallée d’Aure pour constater que de nombreux projets y ont été menés avec succès, cela dans l’intérêt aussi bien des touristes que des résidents permanents. C’est la preuve que développer une vallée est possible s’il y a des femmes et des hommes qui en ont la volonté.


Voici quelques exemples de projets que je porterai si je suis élu conseiller général :

-  Construire enfin une piscine inter-cantonale à Arreau ;

-  Réaliser enfin une piste cyclable sur l’actuelle voie ferrée désaffectée, de Lannemezan à Arreau ;

-  Apporter le haut débit avec la fibre optique ou le satellite, supprimer le Wimax ;

-  Organiser un débat public sur l’opportunité d’une Traversée Centrale des Pyrénées ;

-  Conserver des services publics de proximité et de qualité, sauvegarder l’emploi industriel (Rio Tinto/Alcan), développer les emplois artisanaux, l’agro-pastoralisme et les emplois liés à un tourisme respectueux de notre cadre de vie ;

-  Sécuriser la RD 929, artère vitale mais dangereuse qui traverse de nombreux villages de notre canton…


Ces élections s’annoncent comme le moyen de changer la donne au niveau départemental afin de reprendre en main notre avenir. Cela ne dépend que de nous, habitants du canton.
Prochaine étape : commencer les réunions publiques afin de poursuivre les rencontres avec les habitants.

Lire .pdf ci-dessous

PDF - 688.1 ko