Site d’informations en ligne, sur Lannemezan et du plateau de Lannemezan
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
   
 
   
 

Canton d’Arreau : Questions à Jean-Louis Anglade

jeudi 24 mars 2011 par Rédaction

Nous avons posé à Jean-Louis Anglade, candidat dans le canton d’Arreau, trois questions concernant les trois sujets de son programme et qui, pour certains, animent actuellement les vallées de la Neste et d’Aure. Nous aurions pu y rajouter le contournement de Cadéac mais le protocole signé avec Jean-Bertrand Dubarry qui se désiste en sa faveur, et largement distribué dans la vallée, répond à toutes les interrogations.

1/ Pensez-vous qu’il sera possible en si peu de temps de mettre en route la dynamique que vous souhaitez donner ?
JLA : "Il est probable que cette réforme soit remise en cause après l’élection présidentielle de 2012 si un candidat de la gauche l’emporte. Le mandat serait donc à nouveau de 6 ans. Cependant 3 ans sont aussi suffisants pour lancer des projets qui sont de l’intérêt du Pays des Nestes, qui va de Lannemezan jusqu’à Aragnouet et Loudenvielle. Je ne doute pas de trouver des conseillers généraux pour soutenir des projets comme une piste cyclable ou une piscine. Il en va de l’intérêt de toute la vallée d’Aure.
Par exemple pour piste cyclable entre Lannemezan et Arreau, puis jusqu’à Saint-Lary où il faut acquérir le foncier. RFF est-il vendeur ? Et pour la partie Arreau - Saint-Lary ?
Lors d’une réunion qui eut lieu en 2008 à Toulouse, Réseaux Ferrés de France (RFF) a affirmé à une délégation de conseillers généraux et de maires des Hautes-Pyrénées (dont j’étais) qu’ils étaient prêts à céder toute la voie ferrée de Lannemezan à Arreau pour un projet global, comme cela fut le cas dans la vallée des Gaves avec la coulée verte entre Lourdes et Pierreffite. Il manque pour l’instant la volonté politique, alors qu’il s’agit d’un projet qui irriguerait 7 cantons… Et dès que le contournement de Cadéac sera effectif on pourrait utiliser l’ancienne route, moins fréquentée, comme route cyclable jusqu’à Saint-Lary. Je me battrai pour ce projet d’intérêt général si je suis élu
".

2/ Pour les vallées de Saux et de la Géla, ne croyez-vous pas que la décision de la commission syndicale pourrait être déterminante avant d’aller plus loin dans le projet ?
JLA "Là encore le mépris du Conseil Général, et plus particulièrement de sa présidente, Mme Durrieu, à l’égard des populations, des élus locaux et de notre montagne est flagrant. Pourquoi essayer, une fois de plus, de passer en force avec ce projet d’Unité Touristique Nouvelle ? Il ne s’agit de rien d’autre que du détournement de la Loi Montagne qui interdit la création de toute station de ski : tout le monde sait bien que si ce projet voit le jour c’est toute la montagne, de la Gela à Bataillance, qui sera massacrée, aussi bien côté français qu’espagnol. De plus qui peut croire que les skieurs espagnols du tunnel descendront à Saint-Lary pour consommer ? Ils resteront côté espagnol où de nombreux investissements hôteliers ont été réalisés sur Parzan, Bielsa, la vallée de Plan"…

3/ Comment comptez-vous vous y prendre pour assurer une couverture numérique à 100% tout en refusant le Wimax ?
JLA "La technologie Wimax a été choisie par Mme Durrieu et le Conseil Général en dehors de toute transparence et cela dans le cadre d’un Partenariat « Public-Privé » (PPP) qui pèsera lourdement sur nos impôts (153 millions d’euros) pendant 22 ans. Avec ce PPP notre département est responsable d’un éventuel échec commercial de ces antennes. Le département des Hautes-Pyrénées est le seul de France à avoir opté pour un PPP avec la société AXIONE-BOUYGUES (qui installe et gère les antennes en question) en France, tous les autres départements ayant opté pour une Délégation de Service Public qui ne fait pas porter le risque commercial par la collectivité mais par l’opérateur.

En ce qui concerne la couverture numérique à 100% chère à Mme Durrieu, il faut quand même savoir que chacun peut, s’il est dans une zone non couverte par la fibre optique, se connecter à internet par la ligne téléphonique ou par l’installation d’une mini parabole. Bien sûr le débit est moins important, mais il ne le sera pas moins que celui proposé par les antennes Wimax (2 mégabits maxi !), et cela ne coûtera pas 153 millions d’euros.

De plus le satellite Kasat fruit de la technologie régionale a été lancé en décembre 2010 et sera opérationnel ce mois-ci et couvrira donc aussi les zones blanches des Hautes-Pyrénées en offrant 10 mégabits de débit. Un autre satellite sera lancé d’ici 3 ans qui offrira lui jusqu’à 50 mégabits. Mais pourquoi donc le Conseil Général des Hautes-Pyrénées n’a-t-il pas dénoncé le contrat d’installation des antennes Wimax, comme l’autorise le contrat de partenariat public privé, lorsqu’il a eu connaissance de ces lancements ? Les antennes Wimax sont donc technologiquement dépassées, inutiles et très chères".

Recueilli par Louis Dollo

• Ci-dessous (.pdf) le protocole d’accord signé entre Jean-Bernard Dubarry et et Jean-Louis Anglade :

PDF - 708.2 ko

titre documents joints

24 mars 2011
info document : PDF
708.2 ko