Site d’informations en ligne, sur Lannemezan et du plateau de Lannemezan
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Carbone Savoie va fermer son usine de Lannemezan qui emploie 60 personnes

mardi 11 février 2014 par Rédaction

Le groupe Rio Tinto, qui détient Carbone Savoie, a annoncé ce mardi 11 févier la fermeture de son usine de Lannemezan avec 60 emplois à la clé et beaucoup d’inquiétudes pour les sous-traitants. L’usine va fermer dès 2014.
La direction du groupe Rio Tinto-Alcan, qui détient Carbone Savoie, a annoncé ce mardi matin en Comité Central d’Entreprise (CEE), la fermeture de son usine de Lannemezan dans le cadre d’une réorganisation de cette entreprise évoluant dans l’aluminium, apprend-on de source syndicale confirmée par la direction.

L’usine de Lannemezan, ex-Péchiney, emploie 60 personnes. Elle est spécialisée dans les électrolyses pour l’industrie de l’aluminium. Ses activités vont être rapatriées vers le site historique de Carbone Savoie à Notre-Dame-de-Briançon, en Savoie.

L’arrêt du site de Lannemezan devrait intervenir dans le courant de l’année 2014.

L’information doit être présentée mercredi devant le comité d’entreprise à Lannemezan et les salariés ont d’ores-et-déjà prévu de manifester à cette occasion. Selon la direction de Carbone Savoie, qui indique être soumise à une concurrence rude et à une baisse des prix de l’aluminium, "l’arrêt du site Lannemezan aurait lieu progressivement dans le courant de l’année 2014. En parallèle, dans le cadre de la revitalisation du bassin d’emplois, une démarche de recherche de nouveaux projets industriels sur le site de Lannemezan sera engagée".

Le site de Lannemezan avait été racheté en 2008 par Rio Tinto qui avait alors injecté 30 millions d’euros d’investissement pour le moderniser. La disparition de l’usine aura aussi un effet sur l’emploi chez les nombreux sous-traitants qui travaillent pour le site. (source France 3 Midi-Pyrénées)